ARTE ReportageIsraël : Borderlines / Syrie : le village des aveugles

52 min

Plus que 5 jours

  • Version française
Depuis près de quinze ans, Edward Kaprov photographie Israéliens et Palestiniens le long des trois frontières d’Israël. Il cherche à démontrer au gré de ses rencontres que les jalons d’une possible coexistence pacifique existent malgré tout / Dans le nord-ouest de la Syrie, à la frontière avec la Turquie, le camp Al-Nouri accueille des civils non-voyants.

Israël : Borderlines
Depuis près de 15 ans, Edward Kaprov photographie Israéliens et Palestiniens le long des frontières d’Israël, lignes de séparation entre deux visions de la même terre. Dans les kibboutz aux alentours de Gaza, dans les villages palestiniens et les implantations juives de Cisjordanie ou encore dans les hameaux arabes bédouins proches du Liban, Edward Kaprov démontre au gré de ses rencontres que les jalons d’une possible coexistence pacifique existent bel et bien, malgré l’attaque du 7 octobre. Comment se reconstruire, envisager un avenir commun entre Israéliens et Palestiniens après un tel traumatisme ? David Ben Shabbat vit dans le village d’Aramsha dans la région d’Hébron à proximité de la barrière de sécurité qui sépare Israël de la Cisjordanie. Il a fondé une fabrique de tahini avec un partenaire palestinien dans la vielle ville d’Hébron. Convaincus que juifs et arabes ont un avenir commun, ils se serrent les coudes pour que leur entreprise et leur amitié survivent aux conséquences du strict blocus imposé sur toutes les villes de Cisjordanie. "Ici, on a une vieille tradition du “vivre ensemble” qui a fait ses preuves. Si seulement on pouvait s’en inspirer, on aurait un début de solution." Ehud Krinis milite pour le mouvement "La paix maintenant" depuis les années 1980. Avec son groupe, il sillonne les villages arabes de Cisjordanie et les aide à faire face aux attaques de leurs voisins colons juifs. "La paix n'est pas qu'une question d'accords. Il s'agit avant tout de construire des relations respectueuses et humaines entre les personnes." Azzam Nuaje a appris l’hébreu avec une famille survivante de la Shoah qu’il considérait comme ses seconds parents. Après le 7 octobre, des colons masqués l’ont attaqué. "Je ne partirai pas. Jamais ! Ils devront me passer sur le corps plutôt que me déplacer d'un centimètre d'ici." Dans le village bédouin d’Arab-al Aramsha, à la frontière nord avec le Liban, la plupart des résidents ont été évacués à cause des tirs incessants du Hezbollah. Ahmad Mazen, lui, est resté. Il se sent Israélien. "Nos jeunes partent à l'armée, certains les considèrent comme des traîtres. Pour les Israéliens, ils protègent l'État. Mais quand ça les arrange, on redevient arabes. On n’est donc ni d’ici, ni de là-bas." Comme pour "Ukraine : un photographe dans la guerre", Edward Kaprov propose un carnet de route le long des trois frontières d’Israël. Il utilise le même procédé du collodion humide pour immortaliser sur plaques de verre les protagonistes de son documentaire et prendre le temps de raconter leurs histoires, leurs colères, leurs doutes, leurs angoisses et leurs espoirs face à l’avenir.

Syrie : le village des aveugles
Dans le nord-ouest de la Syrie, à la frontière avec la Turquie, le camp Al-Nouri accueille des civils non-voyants. Si certains ici sont aveugles de naissance, la majorité d’entre eux ont été blessés durant les bombardements qui ont ravagé leurs régions d’origine. Dans les ruelles étroites, des inscriptions en braille les aident à s’orienter. Ici, tout est fait pour leur faciliter la vie. Au quotidien, ils travaillent, s’occupent de leurs proches, font du sport, jouent aux dames… Ensemble, ils tentent de survivre malgré leur handicap, dans une région toujours ravagée par la guerre. D’autant plus que les bombardements de l’armée de Bachar al Assad et de son allié russe se poursuivent dans la région. Mais cette mise à l’écart volontaire du reste de la société, convient-elle à tous ici ? Comment perçoivent-ils la guerre avec leurs autres sens ? Notre équipe a rencontré Sahar, Ayman, Abu Mahmoud et Yazan, tous déplacés de leur ville d’origine dans l’enclave rebelle d’Idleb.

Pays

France

Année

2024

Vous pourriez aimer aussi

Regarder Tracks East Survivre à Gaza : un Berlinois témoigne 14 min Voir le programme

Tracks East

Survivre à Gaza : un Berlinois témoigne

Regarder Le dessous des cartes Liban : les guerres des autres 13 min Voir le programme

Le dessous des cartes

Liban : les guerres des autres

Regarder Le Liban, otage du Moyen-Orient 53 min Voir le programme

Le Liban, otage du Moyen-Orient

Regarder France : la jeunesse n’emmerde plus le RN ARTE Reportage 36 min Voir le programme

France : la jeunesse n’emmerde plus le RN

ARTE Reportage

Regarder ARTE Regards Une vie minimaliste, un luxe ! 31 min Voir le programme

ARTE Regards

Une vie minimaliste, un luxe !

Regarder ARTE Reportage USA : le mur des coyotes / Arizona, seniors sans-abris 52 min Voir le programme

ARTE Reportage

USA : le mur des coyotes / Arizona, seniors sans-abris

Les vidéos les plus vues sur ARTE

Regarder France : la jeunesse n’emmerde plus le RN ARTE Reportage 36 min Voir le programme

France : la jeunesse n’emmerde plus le RN

ARTE Reportage

Regarder ARTE Journal - 18/06/2024 Vladimir Poutine chez Kim Jong-un et les ventes d’armes à Israël Dernier jour 25 min Voir le programme

Dernier jour

ARTE Journal - 18/06/2024

Vladimir Poutine chez Kim Jong-un et les ventes d’armes à Israël

Regarder Rufus Wainwright : Dream Requiem Avec Meryl Streep 81 min Voir le programme

Rufus Wainwright : Dream Requiem

Avec Meryl Streep

Regarder Les Amish, la vie au passé 44 min Voir le programme

Les Amish, la vie au passé

Regarder ARTE Regards Une vie minimaliste, un luxe ! 31 min Voir le programme

ARTE Regards

Une vie minimaliste, un luxe !

Regarder "Cyrano de Bergerac" de Jean-Paul Rappeneau - Un regard, une minute 2 min Voir le programme

"Cyrano de Bergerac" de Jean-Paul Rappeneau - Un regard, une minute